#

L’offshoring, une niche importante de création d’emplois pour les digitales natives

À l’heure où le taux de chômage ne cesse de croître en France : 8,9 % de demandeurs d’emplois au premier trimestre 2018, une solution pourrait venir changer la donne : l’offshoring. Mis en avant grâce à au fort développement des NTIC, l’offshoring est à l’origine de la redynamisation du marché de l’emploi dans certains pays comme le Maroc. Une solution efficace et pérenne à considérer.

Mais qu’est-ce que l’offshoring ?

L’offshoring est le terme anglais utilisé pour désigner le fait qu’une entreprise délocalise certaines de ses activités. Il peut s’agir par exemple, de délocalisation de processus commerciaux, de saisie d’information (visitez teleservices.fr pour en savoir plus), de la comptabilité ou de secrétariat entre autres. Dans la majorité des cas, il s’agit bien souvent de tâches annexes, pouvant empêcher l’entreprise de se focaliser sur son cœur de métier. L’offshoring peut donc être décrit comme un processus de transfert de responsabilité vers un tiers, installé généralement dans un pays hispanophone ou francophone. En choisissant d’avoir recours à un service de saisie ou de télésecrétariat Madagascar, les entreprises profitent généralement de nombreux avantages sur le plan salarial et fiscal. Elles bénéficient en outre d’un savoir-faire très « pointu », sans pour autant devoir investir dans des formations et du matériel.

L’externalisation de saisie, le télésecrétariat Madagascar : pour stimuler la création d’emplois

Pour lutter contre le chômage, des pays comme le Maroc ou Madagascar ont choisi de mettre en avant l’offshoring . Et la solution semble bien trouvée ! En effet, rien qu’en 2009, 3 000 nouveaux emplois ont pu être créés grâce au secteur de l’offshoring. Et en 2015, le nombre est passé à 35 000 ! Un chiffre non négligeable qui a donc permis au pays d’enregistrer un taux de croissance de l’ordre de 7 % comparé à celui de l’année précédente. Les résultats d’analyse des tendances RH en 2015, menée par un cabinet spécialisé, ont par ailleurs permis de confirmer que le secteur de l’offshoring constituait réellement une niche importante de création d’emplois pour la population, et plus particulièrement, pour les digitales natives. Mais quels sont les domaines d’activités les plus plébiscités dans le pays ? En chiffres, les métiers des calls centers accaparent 36 % du total des fonctions demandées par les recruteurs. Viennent ensuite, le secteur de l’informatique, des fonctions commerciales et RH.

Les emplois dans le domaine de l’offshore : une aubaine pour les digitales natives

Sans expériences et sans qualifications, les jeunes sont généralement les plus touchés par le chômage. Mais plus pour longtemps. L’analyse effectuée en matière de tendances RH au Maroc, au cours de l’année 2015, a en effet permis de constater que les entreprises nationales préfèrent largement recruter des profils juniors que seniors. Pour les opérateurs économiques, ces derniers représenteraient en effet, un trop lourd investissement. Plus familiers avec les NTIC, les digitales natives sont donc largement privilégiées. Des résultats d’une étude liée à la tendance RH au Maroc ont par ailleurs révélé qu’en 2015, les profils avec une expérience de moins d’un an ont connus une augmentation de 5.51 %.

Ecrire un commentaire

Voir les commentaires